Les réseaux sociaux se sont considérablement développés au Japon depuis le début des années 2010, et 61 % de la population déclare les utiliser1. En 2018, Line occupait plus de 70 % des parts de marché, suivi par Facebook (47,75 %), Twitter (10,33 %) et Instagram (4,93 %). Les réseaux sociaux ont connu une expansion particulièrement rapide après le tremblement de terre du Tohoku de 2011, avec la création de Line, initialement destiné à mettre en contact les personnes touchées par la catastrophe. Ils permettent d’accéder à des sources d’information plus diversifiées, remettant en cause le monopole de la presse écrite et des chaînes de télévision qui leur sont affiliées. En revanche, en dehors du Nihon Keizai, les grands journaux demeurent peu accessibles en ligne, et continuent de privilégier le format papier.

Le taux de pénétration d’Internet est également très important et l’habitude de consommer sur le Net s’est rapidement répandue avec des géants de la distribution comme Rakuten qui poursuivent leur expansion à l’étranger2. Le Japon se situe aujourd’hui au sixième rang dans le monde, avec 117,6 millions d’abonnés à Internet. Le nombre d’usagers sur mobile atteint 66,6 millions de personnes. Si le taux de pénétration est supérieur à 90 % pour les générations les plus jeunes, il diminue à partir de la tranche d’âge de soixante-dix ans, mais il est encore de plus de 30 % pour les hommes âgés de plus de quatre-vingts ans.

Par ailleurs, le réseau 4G couvre l’ensemble du territoire japonais et le développement du réseau 5G est amorcé en 2019. De même que les États-Unis et certains pays européens, l’archipel demeure prudent dans le recours aux fournisseurs chinois comme Huawei pour la mise en place des systèmes, même si les opérateurs téléphoniques ont choisi de distribuer les derniers modèles de la marque chinoise. Alors que la couverture du territoire japonais est très avancée, y compris dans les transports en commun, les autorités japonaises ont autorisé l’installation de relais 5G sur le parc particulièrement dense de feux de signalisation de l’archipel. L’utilisation d’infrastructures existantes devrait permettre le développement de la 5G dès 2023 et s’accompagner de pressions supplémentaires de la part des autorités japonaises pour tenter de libéraliser le marché de l’accès à Internet et aux téléphones mobiles, encore très monopolistique.


1. Ce taux est de 59 % en France.

2. Ainsi, en 2011, Rakuten a racheté PriceMinister.