Asiatique et en marge géographiquement et culturellement, le Japon occupe une place à part dans sa région. Toute la civilisation japonaise a été profondément influencée par la culture chinoise, comme la civilisation européenne découle en grande partie des apports grecs et romains. Pourtant, après une longue période d’échanges, c’est très consciemment que le Japon a suspendu au XIIe siècle, avant de les interrompre définitivement, ses grandes ambassades vers la Chine. Après deux siècles et demi de fermeture, sous la pression des puissances occidentales, le Japon s’est ouvert à nouveau mais a choisi, pour se développer, de « quitter l’Asie » et de se tourner vers l’Europe et le modèle occidental1.

Pourtant, la question de l’occidentalisation du Japon n’a jamais été tranchée. Pays asiatique mais développé, dès la fin du XIXe siècle, il a rejoint l’archétype des grandes puissances de l’époque pour se lancer dans une aventure de conquêtes coloniales, puis de conflits, qui aboutira, pour une longue période, à sa marginalisation en Asie. En 1885, un article intitulé « Quitter l’Asie » a été publié par Yukichi Fukuzawa, un théoricien de l’occidentalisation perçue comme une modernisation. Face aux pressions des grandes puissances occidentales, au premier rang desquelles les États-Unis, seule une stratégie de modernisation accélérée, détachée d’une Asie dominée par un empire Qing incapable de se réformer, pouvait permettre au Japon de s’imposer à l’égal des plus puissants2. En se détachant de l’Asie, le Japon a donc fait sienne, en se plaçant dans le camp des « vainqueurs », une vision du monde binaire, entre Orient et Occident, étrangère à l’Asie.

Pourtant, comme en Chine, le discours officiel proclamait la nécessité d’absorber les techniques occidentales tout en conservant « l’esprit du Japon3 ». Surtout, Tokyo a très vite cherché à s’imposer comme le libérateur de l’Asie face à l’Occident. En 1880, l’association Koakai (高亜会, « Association pour l’élévation de l’Asie ») prônait une modernisation à l’occidentale associée à une solidarité asiatique. Ce positionnement justifiera ses conquêtes militaires mais offrira aussi aux mouvements nationalistes régionaux un modèle original de développement à la fois moderne et non occidental. Ce détachement de l’« Occident » a par ailleurs été favorisé par le sentiment d’exclusion ressenti après la Première Guerre mondiale. Faisant partie du camp allié, signataire du traité de Versailles, le Japon n’a pu faire accepter la proposition d’inclusion d’une clause d’égalité raciale dans le texte fondateur de la SDN en raison de l’opposition des États-Unis.

Cette double caractéristique n’a pas disparu après la fin de la Seconde Guerre mondiale. Seul pays asiatique membre du G7, le Japon est souvent qualifié d’« Occidental » en dépit de sa position géographique. Le Japon apparaît comme à la pointe de la modernité et de l’occidentalisation, il est dans le même temps resté profondément « japonais ». Ainsi, de très nombreux mots étrangers, surtout anglais, ont été intégrés depuis la fin du XIXe siècle à la langue japonaise, mais leur transcription passe souvent par une transformation, qui en fait des éléments à part entière du vocabulaire, à peine reconnaissables dans leur langue d’origine4.


1. Voir la question 5, « Que signifie la “restauration Meiji” ? ».

2. « 脱亜論 » (Datsu-A ron), 時事新報 (Jiji shinpô), 16 mars 1885.

3. Pekka Korhonen, « Leaving Asia? The Meaning of Datsu-A and Japan’s Modern History », The Asia-Pacific Journal, vol. 12-9, no 3, mars 2014.

4. Toshiaki Kosakai, Les Japonais sont-ils des Occidentaux ?, Paris, L’Harmattan, 1991.